Estelle Dougé : fille d’ovalie. Si certains en doutent, le rugby est bien un sport de filles. Estelle, 23 ans et capitaine des Pachys d’Herm, club mythique, en est une jolie preuve.

Ceux qui rigolent, je leur dis de venir nous voir jouer.

Cela est asséné sans arrière-pensée, de manière franche et directe, à l’image de la jeune femme. « Chez les filles, le rugby est un peu différent. Nous sommes plus dans l’évitement, dans l’envie de faire vivre le ballon. » Alors, les esprits fermés qui considèrent que le rugby n’est pas un sport pour jeunes filles, elle s’en fout un peu Doudou.

Du côté des valeurs, on a tous les mêmes. Au rugby, il y a de la place pour tout le monde, pour tous les profils, pour tous les gabarits et pour toutes les personnalités. Au rugby comme ailleurs, on n’y arrive jamais seul. Ce sport permet à certaines de s’épanouir et à d’autres de se canaliser.

Elle se livre un peu plus Doudou, au fur et à mesure de l’échange, parle du travail de l’ombre du pack, de solidarité, de ses coups de gueule nécessaires en tant que capitaine. Joueuse de rugby donc, plus que rugbywoman aux accents de show-biz, un peu brut de décoffrage, porteuse de valeurs et surtout fille, parce que, n’en déplaise à certains, le rugby est aussi un sport de gonzesses…