Certes l’océan est loin, mais ici, l’eau ne prend jamais vraiment le large. Le Luy et l’Adour prennent un malin plaisir à dessiner d’innombrables méandres au cœur des barthes tandis que lavoirs et fontaines nous rappellent que nous sommes en pays de marais.

Téthieu

Ce paisible village abrite la plus grande forêt de chênes du département, dont il a longtemps tiré l’essentiel de son économie. Jusqu’aux années 1970, ce bois est exploité pour la Marine, les chemins de fer et la tonnellerie. C’est dans cette même chênaie que, selon la légende, les sorcières se retrouvaient au lieu dit « le Tuc de l’Eschouré », les jours de pleine lune, pour pratiquer leur sabbat ! Avec Dax et Saint-Paul-lès-Dax, Téthieu est l’une des trois communes de l’agglomération dacquoise dotées d’arènes, construites en 1887, au début de la formalisation de la course landaise et peu de temps après l’introduction de la corrida espagnole en France…

Saint-Vincent-de-Paul

Cette commune est le village natal d’un de nos plus célèbres Landais, dont il prend le nom au XIXèmes. : Saint Vincent de Paul. Sur le quartier du Berceau, de la modeste maison de Ranquines où il voit le jour en 1581, il reste de l’époque l’ossature en bois, quelques souvenirs et surtout le message de celui qui fut le Grand Saint du Grand Siècle. A 3km de là, se trouve un autre haut lieu de culte des Landes : le sanctuaire de Notre Dame de Buglose édifié entre 1850 et 1865. L’histoire du site est intimement liée à une statue de la Vierge du XVème s. enfouie dans les marécages durant les Guerres de Religion pour échapper au saccage. Oubliée, elle y demeure cinquante ans jusqu’en 1620 où un berger alerté par les beuglements de ces bœufs la découvre par hasard. Elle devient dès lors un objet de curiosité et de dévotion entraînant un afflux de pèlerins à tel point que des miracles auraient eu lieu (d’où la chapelle des miracles)

Yzosse

Traversée par l’Adour, Yzosse connaît depuis toujours de violentes inondations. Une des plus douloureuses est celle de 1952, qui n’épargne aucune maison. Si les crues sont dévastatrices, elles savent aussi se montrer bénéfiques en fertilisant le sol et en permettant le développement de l’agriculture. En outre, les barthes (plaines inondables de l’Adour) recèlent une faune et une flore uniques.

 

Narrosse

Porte occidentale de la Chalosse, cette commune s’étend entre contreforts et rives du Luy. L’église pittoresque dédiée à Saint-Etienne date du XIème s. Il reste d’ailleurs de l’époque romane, l’abside semi-circulaire percée de trois petites fenêtres décentrées. Le coureur cycliste André Darrigade est natif de Narrosse (Champion de France en 1955, Champion du monde en 1959 et nombreuses victoires dans le Tour de France).

Saugnac-et-Cambran

Le site de Saugnac et Cambran est habité dès l’ère préhistorique, comme en témoignent les outils en pierre découverts sur le quartier d’Arzet. Ses habitants des premiers temps sont chasseurs et pêcheurs. Ils laissent la place à des éleveurs et pasteurs nomades, puis à des agriculteurs sédentaires. Cette commune est traversée par la Rivière Le Luy de France. Cet affluent de l’Adour de 154km de longueur prend sa source en Béarn voisin. Ses berges saugnacaises offrent de belles balades. En l’absence de pont sur ce cours d’eau, la traversée des marchandises se fait pendant longtemps avec des attelages qui empruntent les gués. Les personnes quant à elles traversent en barque. En période de crue, la traversée est alors impossible et les communications entre les quartiers de la commune sont coupées.

 

Seyresse

La commune s’étend sur une pente douce conduisant de la forêt de pins au Nord, à la chênaie bordant Le Luy au Sud. Grâce à la présence de ses espaces naturels, Seyresse concilie les avantages de la campagne et la proximité immédiate de la ville de Dax.

Oeyreluy

Comme son nom le laisse entendre, ce village est situé sur la rivière le Luy (prononcer « lœi »). Cet affluent de l’Adour est d’ailleurs le principal cours d’eau de la commune que les voyageurs franchissaient autrefois grâce à un passage à gué et avec l’aide d’un passeur…

Tercis-les-Bains

Ce village est bâti au milieu des terres, chênaies et landes couvertes de genêts et de bruyères, entre Adour et Luy, qui en délimitent ses frontières et se rejoignent au lieu-dit « Bouque de Lu ». Comme son nom le mentionne, ce village est connu depuis l’Antiquité pour ses eaux thermales sulfureuses propices au traitement des affections dermatologiques et ORL. Le mur de César ou mur de Bedat s’amuse de ses visiteurs avec son caractère insolite et spectaculaire : cette forteresse naturelle, haute de 15 mètres à la pointe et de 30 mètres à la « tête de hibou ».

Les communes