• Profil
  • Réservation
  • Météo
    Légère pluie
    23 °C
    Aujourd'hui
    Quelques nuages
    24 °C
    Demain
    Ciel clair
    28 °C
    Lundi
    Légère pluie
    25 °C
    Mardi

Par ici, la forêt n’est monotone que pour les esprits sans imagination. La trace des gemmeurs, l’odeur de résine dans cette étendue boisée, fruit de l’histoire qui a modelé ce pays, offrent un territoire à l’âme forte.

LALUQUE

À partir de 1857, Laluque, comme ses voisines de la Haute Lande, est assainie et plantée de pins. Depuis, l’économie locale repose sur la sylviculture. Le Musée de la Vie Rurale en Pays Landais aménagé dans une vieille maison landaise présente le cadre de vie de nos ancêtres de 1850 à 1940 (objets de la vie quotidienne, métiers traditionnels, outils liés à la sylviculture, vêtements et jouets anciens)…. Un voyage dans le temps à partager avec des gens du cru (anciens résiniers, agriculteurs, passionnés d’histoire locale….)

RION-DES-LANDES

Pendant longtemps, cette étape pour les pèlerins de Compostelle n’est qu’un petit territoire perdu au milieu de vastes landes. Pour elle aussi, le XIXe siècle est un tournant d’autant plus que Rion est la commune landaise à laquelle le reboisement a le plus profité. Contrairement à bon nombre de ses voisines, son économie ne s’écroule pas avec la fin du gemmage ; elle est au contraire renforcée au XXe siècle avec l’installation de la Manufacture Landaise des Produits Chimiques. Autre atout important de Rion : son riche patrimoine. Le circuit « patrimoine » proposé par l’Office de Tourisme de Rion-des-Landes permet de découvrir particularités locales et richesses du territoire.

OUSSE SUZAN

Comme un peu partout en Haute Lande, ce village possède ses sources. Elles sont au nombre de trois soignant différents maux : maladies de peau, douleurs diverses et maladies infantiles. Elles font aujourd’hui partie d’un patrimoine qui nous ramène vers des croyances païennes et surtout vers une époque où l’on pense que la nature est généreuse et peut tout soigner ou presque. Cette commune attire chaque année des milliers de personnes le 29 septembre, à l’occasion de sa foire de la Saint-Michel, une des plus anciennes et surtout une des plus populaires de la région.

YGOS

L’Eglise romane est remarquable pour son chemin de croix du XVIIe s. d’inspiration Renaissance italienne mettant en scène de nombreux personnages.

ARENGOSSE

Le Château de Castillon de style Louis XIII est construit au XVIIe s. comme en témoigne la date qui figure sur sa porte principale. L’édifice présente un corps de logis de plan rectangulaire flanqué de deux pavillons latéraux. Il possède sur sa façade un portail richement décoré unique dans les Landes. La Fontaine St Eutrope, saint patron des estropiés comme son nom le laisse supposer est fréquentée par les personnes atteintes de rhumatismes et par les jeunes enfants qui tardent à marcher.

ARJUZANX

Ce village est connu pour sa réserve naturelle. À l’origine le site exploité par EDF a l’aspect d’une immense mine. Après 32 années, EDF abandonne l’activité minière et la centrale thermique. Avant de quitter les lieux, l’entreprise réhabilite le site avec l’aide de l’Office National de la Chasse et de la Faune. Il devient une réserve naturelle de chasse et de faune sauvage, autour de grands lacs d’eau douce. Les grues cendrées font la notoriété d’Arjuzanx. Elles sont pas moins de 40 000 à y séjourner, faisant des Landes une des plus importantes zones d’hivernage d’Europe. Elles se font entendre avec leurs cris perçants, à partir de novembre et jusqu’en février, lorsqu’elles traversent le ciel de la région avec leurs ballets bien rythmés. Du haut de l’observatoire d’Arjuzanx, une tour de guet permet au petit matin de guetter leur départ. Elles ne vont jamais trop loin puisqu’elles ont à proximité, avec les nombreux champs de maïs, de quoi se nourrir. Ceux qui ont manqué le départ peuvent assister en fin de journée au retour vers le site et ses dortoirs.

MORCENX

Un circuit fléché autour des lavoirs et du patrimoine intitulé le « voyage au fil des sources » permet de découvrir les particularités et légendes de chacune d’entre elles. L’Arboretum et l’étang de Moré proposent une agréable promenade sur 5 hectares consacrés à la préservation du patrimoine arboré d’Aquitaine.

SABRES

L’Ecomusée de Marquèze est un site majeur du département. Ouvert en 1970 dans le Parc Régional des Landes de Gascogne, il montre le mode de vie tel qu’il est dans cette région de la Haute Lande avant la plantation de la forêt de pins au XIXe s. Sur le hameau de Marquèze sont regroupées les maisons des trois catégories sociales de la lande d’autrefois : le propriétaire, le métayer et le brassier. Sur site sont également présentés les métiers d’antan : meunier, résinier, bouvier, boulanger… 05 58 08 31 31. Billets à tarif préférentiel en vente à l’Office de Tourisme du Grand Dax.

MOUSTEY

La particularité de Moustey réside dans le fait qu’elle compte pas moins de trois églises beaucoup plus qu’il n’en faut pour ses paroissiens. L’église Saint-Pierre-ès-Liens de Biganon du XIe s. est un vaste édifice roman décoré de peintures murales médiévales ; L’église paroissiale Saint-Martin ; Et la troisième construite au XIIIe s. est dédiée à Notre-Dame.

BROCAS

Les gisements de minerai de fer sont très abondants sur cette commune. Cette matière première est utilisée pour la fabrication de lignes ferroviaires ou d’objets de la vie quotidienne. Aujourd’hui, le site des forges est inscrit aux MH. Seul le haut-fourneau est encore en état. Un musée présente les activités des forges et l’histoire de Brocas au XIXe s., à l’époque où la commune portait fièrement le nom de « Brocas-les-Forges ».

LUXEY

Avec la plantation de la forêt de pins sous Napoléon III, Luxey connait un nouvel essor grâce à son important atelier de distillation de résine. Il est reconverti peu de temps après sa fermeture par le Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne en écomusée des produits résineux. La résine ou gemme du pin des Landes, comme on se plait à la nommer ici, est cette sève précieuse du pin. Pour la récolter, les exploitants (résiniers gemmeurs) effectuent une saignée dans le tronc avec un outil appelé « hapchot ». La gemme est ensuite distillée pour en faire de l’essence de térébenthine ou des colophanes.

GAREIN

En 1857, la politique d’assainissement est décidée, car cette région est alors perçue comme une terre sauvage et comparée au Sahara ou aux steppes de Sibérie. La loi votée cette année-là par Napoléon III oblige les municipalités à boiser leur territoire. Des ingénieurs des Ponts et Chaussées plantent alors une forêt de pins à Garein, comme dans beaucoup d’autres communes de ce territoire.
Le site « Graine de Forêt », premier centre de découverte ludique et pédagogique dédié à la forêt landaise, a pour objectifs de comprendre l’histoire de la forêt, les milieux et ses hôtes et surtout les hommes qui la font vivre.

Vous aimerez aussi...