Entre les courants d’Huchet et de Contis, la nature est restée rude et sauvage. En plein cœur du littoral landais, les hommes ont parfois apprivoisé les éléments, sans jamais vraiment réussir à les domestiquer.

MÉZOS

Ce village typique, au coeur de la forêt, affiche une architecture traditionnelle.
La belle église d’époque romane (XIIe s.) construite en pierre de garluche est restaurée au XIVe s. Elle change de style en passant au gothique et se dote aussi de puissantes fortifications, d’une tour carrée et d’un escalier à vis.

 

SAINT JULIEN EN BORN – CONTIS

Cette commune connue pour ses attraits touristiques est constituée d’un bourg et d’une station balnéaire « Contis-Plage ».
Construit en 1860 pour assurer le relais entre Arcachon et Capbreton, le phare de Contis, long cylindre de plus de 40 m de hauteur peint en noir et blanc suivant un motif de vis, se dresse sur le littoral landais, tel un sucre d’orge. Le dernier gardien du phare a grimpé ses 183 marches pour la dernière fois en 1999. Depuis, le site est géré par la DDE qui l’ouvre au public d’avril à septembre. 05 58 42 80 08

LIT-ET-MIXE

Avec ses dix kilomètres de plage au Cap de l’Homy (la « tête de l’homme »), la station balnéaire est surnommée la « Grande Dame du Marensin ».
Le Musée Landes d’Antan traite du patrimoine landais et présente les traditions du Marensin (province landaise) des XIXe et XXe s. autour de personnages emblématiques tels que les bergers sur échasses, les résiniers gemmeurs, les paysans… autour de lieux incontournables comme la ferme, les champs, la forêt, l’école, la maison. 05 58 42 70 14

UZA

L’élan de l’Entre-deux-guerres pour le développement du tourisme donne l’occasion aux architectes de créer une architecture vernaculaire, dite « basco-landaise » ou néo-régionaliste. Parmi ces équipements se trouve la salle des fêtes d’Uza, qui affiche sur sa façade, caractéristiques de cette architecture, des bas-reliefs représentant la danse, la musique et la fête… un lien étroit entre le décor et la fonction du monument décoré… L’étang d’Uza, qui jadis alimente la forge, du fait de son caractère pittoresque participe de nos jours à l’attrait touristique de la commune.

LÉVIGNACQ

Aujourd’hui, ce village vit essentiellement de l’agriculture, de la sylviculture et de la pisciculture ; ainsi que du tourisme et ce grâce à son identité landaise qu’affichent entre autre ses vieilles maisons basses à colombages. La Maison du Patrimoine est un musée qui retrace la vie et la mémoire de Lévignacq (outils, costumes et documents divers). Elle affiche une belle façade caractéristique des bourgs du Marensin avec ses colombages. Mais la grande fierté de ce site reste son ancien fournil précieusement exposé… 05 58 42 82 01

LINXE

Le site est occupé dès la préhistoire, comme en témoignent plusieurs tumuli ainsi qu’une butte, surnommée « Butte des Gaulois », même si rien n’atteste vraiment qu’elle soit du fait des Gaulois. L’imposante église construite aux XIIe et XIIIe s. conserve de ses origines son impressionnant clocher, haut de 42 mètres. Il constitue une caisse de résonance telle que la légende prétend que le son de sa cloche pouvait s’entendre jusqu’à Dax située à 32km de là. Cependant en 1868, vu son état de délabrement, la commune décide de le détruire. Il faut pas moins de 10kg de dynamite pour en venir à bout.

VIELLE-SAINT-GIRONS

Le site est probablement occupé dès l’Antiquité, voire peut-être même depuis la Préhistoire. Les amas de coquillages découverts prouvent que très tôt des hommes sont venus en ces lieux pour pêcher. En 1825, la commune est créée suite à la réunion de trois paroisses : Vielle, Saint Girons de Lest et Saint Girons du Camp.

SAINT-MICHEL-ESCALUS

Le moulin de la Galoppe probablement construit au XVIIIe s. sur la Palue fait partie à cette époque des 22 moulins qui existent dans la baronnie du Marensin. Le pain étant la base de l’alimentation des hommes, les besoins en farine sont considérables, d’où les moulins… et comme le réseau hydrographique des Landes est important, ce sont principalement des moulins à eau… Aujourd’hui, le Moulin de Galoppe est un lieu de détente, de réceptions et de pêche.

LÉON

Léon possède un véritable trésor, le « courant d’Huchet ». Découvert par hasard au début du XXe s., ce site s’est créé grâce aux arbres qui, sur le bord de ce cours d’eau, sont reversés par les tempêtes au fil des siècles. Ils prennent alors racine sur la rive opposée et forment une forêt galerie, dont le microclimat favorise une botanique insolite sur le littoral : hibiscus roseus, osmonde royale, cyprès chauves, nénuphars jaunes, karebs, sagittaire… Domaine de plusieurs espèces protégées, le site abrite aussi une faune exceptionnelle : loutre, vison d’Europe ou encore tortue cistude. La descente du courant d’Huchet ne se fait qu’à bord des barques colorées des bateliers. La balade de 1h30 à 4 h selon la « destination » permet de découvrir une atmosphère aquatique calme et apaisante et un monde enchanteur. Classé « réserve naturelle » depuis 1981, l’endroit surnommé « l’Amazonie landaise » s’impose dans les Landes comme un des incontournables du tourisme.
Les gourmands trouvent à Léon un lieu où satisfaire leur gourmandise avec l’atelier de l’Etalon Noir. Didier Faget, un des meilleurs chocolatiers de France, grâce à ses 41 ans d’expérience propose une gamme de produits de haute qualité. Visite avec dégustation sur RV et ateliers « autour du chocolat ». 05 58 49 29 91

CASTETS

Castets occupe une situation géographique stratégique qui lui vaut la visite de quelques célébrités, comme Ignace de Loyola ou Henri IV. En tant qu’étape entre Bordeaux et Bayonne, la commune est dotée d’un relais des Postes Royales. Pour découvrir Castets, un circuit du patrimoine local est proposé. Tablette à retirer au Bureau d’Information Touristique de Castets. 05 58 89 44 79