Elisabeth Durou-Cazenave, curiste en phlébologie

Je suis actuellement une cure en phlébologie. Nous sommes une bande de curistes puisque je viens avec ma soeur et ma maman !

J’ai toujours eu des problèmes de circulation. Dès que les soins de phlébologie sont apparus à Dax, j’ai suivi ma première cure. Depuis, je n’ai jamais arrêté. Les effets de la cure thermale sont indéniables. J’arrête les médicaments au début de la cure et je reste plusieurs mois sans reprendre un cachet. Mes jambes sont moins douloureuses, beaucoup plus légères. C’est la fin des douleurs qui engendre un sentiment de mieux être. Pour autant, la cure ne fait pas de miracles. Il faut marcher tous les jours, se bouger, faire de l’exercice. Mon médecin traitant et mon angiologue sont à l’origine de mes cures thermales. Ce sont eux qui m’ont encouragée à les suivre. Les soins sont divers et variés. Il y a la marche en piscine qui mobilise et permet d’apprendre à bien dérouler le pied. Les baignoires avec hydro-massages permettent de favoriser le retour veineux. Les bains à bulles et les bains carbo-gazeux sont un vrai bonheur.

Je m’intéresse de près à tous ces soins et à la technique car je suis chimiste de métier. Par conséquent, j’aime bien savoir comment les choses fonctionnent. Ces soins amènent un véritable soulagement et un bien-être avéré. Au-delà de l’aspect purement médical, l’environnement est un plus. Ici, l’ambiance est bon enfant. Il y a un côté décontracté et sympathique qui fait du bien. La cure médicale est aussi une soupape de trois semaines durant lesquelles on ne se concentre que sur le thermalisme. La cure soigne autant la tête que les jambes et si certains disent que le thermalisme ne sert à rien, ils ont tort. Cela fait beaucoup de bien.