• Profil
  • Réservation
  • Météo
    Ciel clair
    30 °C
    Aujourd'hui
    Ciel clair
    26 °C
    Demain
    Ciel clair
    29 °C
    Mardi
    Ciel clair
    28 °C
    Mercredi

Voilà donc Dax, qui fière de ses eaux et de ses boues millénaires affiche sa vocation thermale. De ce statut thermal, elle conserve, bien vivantes, les traces rares d’un témoignage Art Déco. Et au-delà de cette élégance aquatique, la cité revendique sa “sudouestitude » et ses attaches taurines.

Sudouestitude…

Et qu’est-ce que c’est « être du Sud-Ouest » ? C’est sentir ses racines plonger au plus profond de cette terre et filer loin, très loin sous le pré vert du terrain de rugby, sous la terre ocre des arènes au rythme du dandinement cadencé des palmipèdes. Être du Sud-Ouest, c’est penser que chaque petit bonheur donné mérite d’être fêté à hauteur de nos valeurs. Être du Sud-Ouest, c’est considérer que ce sont les autres qui ont un accent et ne pas comprendre pourquoi le verbe « ronquer » ne se trouve pas dans le dictionnaire. Finalement, être du Sud-Ouest c’est être d’ici, sans manières, en toute simplicité et en toute sincérité…

Savoir faire recette…

Par chez nous, se mettre à table, c’est un peu se mettre d’accord. Se mettre d’accord avec soi-même pour retrouver, en toute simplicité, autour d’un pot de « titiouns » et d’un verre de rosé, ce que l’on est vraiment. Mais s’asseoir autour de la table, c’est aussi se mettre d’accord avec les autres. L’instant de la table est un instant de partage, d’échange et souvent d’amitié. On parle, on bataille, on refait le monde gascon à grands coups d’histoires et de souvenirs et parfois même, il arrive que l’on soit sérieux. Mais cela ne dure jamais très longtemps, parce que chacun sait ici, que la gravité ne sied pas au confit et à la tourtière…

Terrain de jeux…

Amorcer le compte à rebours, celui qui nous sépare de la feria d’été. Rester prudent, ne pas se précipiter. Laisser encore dormir un peu le foulard rouge et la chemise blanche. Sentir le printemps arriver au rythme des « Carnavaleux », se réchauffer déjà aux rayons d’un juin prometteur. Profiter de ces berges par définition éphémères et vibrer aux premiers accords d’un « Garçon, la note !” estival. Voir la ville se transformer, devenir terrain de jeux pour festayres impatients… et vivre cette nouvelle feria comme une parenthèse chronologique. Voir les amis partir, se consoler avec Toros y Salsa, et murmurer à sa propre oreille entre confession et confidence, « vivement l’année prochaine ».

Cultiver son jardin d’Adour…

Là, tout proche, mais si loin de la tachycardie du cœur de ville, retrouver sa propre nature. Devenir explorateur de pacotille autour de l’étang de l’Estey et se laisser guider par l’Adour, serpent aquatique hypnotique aux courbes naturelles. Retrouver la cité, cultiver son jardin d’Adour avant le grand saut vers les Barthes. Se laisser envelopper, devenir sujet de sa Majesté du bois et se surprendre, à quelques encablures de la ville thermale, à ne rêver qu’en vert. Reprendre le chemin, découvrir des jardins et pour terminer la journée, s’asseoir sur le banc d’un parc en sifflotant un air d’une autre époque.Faire des histoires…

Faire des histoires…

Parfois, il faut savoir chercher les histoires. Au gré des remparts, croiser un légionnaire romain et lui demander des nouvelles de son chien. Un peu plus loin, oser accoster une élégante art-déco et lui demander le chemin du Splendid et de l’Atrium. Se laisser porter par le flot thermal, se dire qu’ici, les histoires d’eau finissent toujours bien et se poser, quelques instants à la terrasse du café, pour discuter un peu avec les griffons de la fontaine chaude. Finir, comme un hommage à cette terre du Sud-Ouest, par le cercle parfait des arènes. Et se dire que l’on est encore capable, ici, de se raconter quelques belles histoires.